Titre temporaire

Mardi 13 mai 2014

Nous, professeures et professeurs d’économie enseignant ou ayant enseigné dans les universités québécoises ou canadiennes, manifestons publiquement notre appui au Manifeste intitulé « Pour une économie pluraliste : l’appel mondial des étudiants ». Ce dernier provient de l’Initiative Étudiante Internationale pour l’Économie Pluraliste, mouvement international fort de 22 associations et collectifs étudiants de 18 pays. En tant qu’économistes, nous sommes fortement interpelés par l’absence de pluralisme qui caractérise l’enseignement de notre discipline à l’université ainsi que la recherche dans ce domaine et croyons qu’il est grand temps d’en renouveler l’orientation.

Une approche théorique, qualifiée de « néoclassique », est dominante en économie aujourd’hui. Comme l’économie néoclassique résume l’essentiel de ce qui se fait en économie dans le monde académique depuis plus d’un siècle, on peut bel et bien parler d’une véritable « orthodoxie » ou d’une pensée unique. Or, il est faux de laisser croire que cette pensée résume à elle seule l’ensemble des discours en économie et qu’elle est acceptée par tous les économistes. Derrière cette unité de façade imposée par la pensée dominante en économie, il existe une grande diversité de points de vue parmi les économistes.

L’absence de pluralisme dans l’explication des faits économiques oriente trop souvent les débats vers ce que les tenants de la pensée unique identifient comme étant les « vrais » problèmes économiques (les dettes publiques excessives, les protections sociales trop généreuses, les entraves de tout type au « libre marché » ou au « libre commerce », entre autres). D’autres regards mènent à d’autres diagnostics (les inégalités de revenu et de richesse incontrôlées, l’insécurité économique générée par l’individualisation croissante des risques sociaux, le gâchis social, économique et écologique découlant du productivisme actuel, entre autres).

Nos sociétés sont confrontées à des enjeux économiques cruciaux pour le bien-être des populations et l’avenir de l’humanité. Une bonne compréhension de l’économie ainsi que des débats économiques diversifiés sont un passage obligé pour y faire face adéquatement et démocratiquement. Le pluralisme des théories, des méthodes et des disciplines que réclament ces étudiantes et étudiants d’économie, c’est-à-dire une formation intellectuelle riche et ouverte permettant de contrer le dogmatisme actuel, va dans ce sens. C’est pourquoi nous les appuyons pleinement.

Liste des signataires Bernard Elie UQAM EconomieAutrement Sylvie Morel Université Laval EconomieAutrement Louis Gill UQAM Margie Mendell Université Concordia Mario Seccareccia Université d’Ottawa Marc Lavoie Université d’Ottawa Omar Aktouf HEC Montréal Cecile Sabourin UQAT André Joyal UQTR Pierre-André Julien UQTR Féderic Hanin Université Laval Marc-André Gagnon Carleton University Eric Pineault