Sécurité sociale et services publics

« Infrastructures : des grenailles ! »

Vendredi 30 janvier 2009

Au lendemain du discours du budget fédéral, un quotidien montréalais confectionné sans ses journalistes titrait à la une : « Une pluie de milliards ». Il me semble pourtant qu’il ne s’agisse que d’un parcimonieux saupoudrage de nanogranules, comme si on avait choisi un traitement homéopathique pour ce qui semble être la crise la plus sévère depuis la Grande Dépression.

DÉRÈGLEMENTATION DES DROITS DE SCOLARITÉ – UN PAS DE GÉANT POUR LA PRIVATISATION DU SAVOIR !

Lundi 8 mars 2010

Proposer la déréglementation totale des droits de scolarité, comme le fait le « groupe des seize » constitue une atteinte directe aux services publics. L’acceptation d’une telle proposition pourrait bien détruire le réseau universitaire que les Québécoises et Québécois ont développé depuis 40 ans. Surtout, elle entraînerait un retour à l’accès aux études supérieures lié aux ressources financières.

RAPPORT SUR LES FONDS DES IMMOBILISATIONS DES UNIVERSITES. LA FQPPU INTERPELLE LE GOUVERNEMENT QUEBECOIS.

Jeudi 18 novembre 2010

Cécile Sabourin, économiste, professeure retraitée de l’UQAT, ex-présidente de la FQPPU (2005-2009)

La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) publie une deuxième synthèse découlant de ses études sur le financement des universités. Sous la direction de Michel Umbriaco, le Comité sur le financement des universités de la FQPPU (CFU) mène depuis quelques années des études afin « de mieux comprendre les discours sur le sous-financement des universités ainsi que son impact actuel et prévisible ».

Réforme du système canadien des retraites : Le ministre Flaherty prépare une mauvaise retraite pour les jeunes

Lundi 10 janvier 2011

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, vient d’annoncer qu’au lieu de procéder à une amélioration progressive du Régime de pensions du Canada (RPC), il proposera aux ministres provinciaux des Finances les 19 et 20 décembre prochains la mise sur pied de régimes de pension agréés collectifs (RPAC). Pourtant, en juin dernier, les ministres fédéral et provinciaux des Finances ont écarté cette option pour privilégier plutôt une amélioration du RPC et de son jumeau québécois, le Régime de rentes du Québec (RRQ).

Faut-il vraiment augmenter les frais de scolarité ?

Samedi 24 septembre 2011

par Eric Martin et Simon Tremblay-Pepin - IRIS

Selon ce qu’on entend tous les jours, les universités du Québec seraient cruellement sous-financées, ce qui les empêcherait d’offrir une éducation de qualité et de participer activement à l’économie québécoise. Pas d’autre choix, dit-on, que de hausser les frais de scolarité. De toute façon, un•e universitaire gagnera un plus haut salaire à la fin de ses études : en s’endettant, il ou elle fait donc un investissement rentable dans son capital humain. Voilà ce que l’on entend. Qu’en est-il vraiment  ?

Pages

S'abonner à RSS - Sécurité sociale et services publics