L’OCDE fonce dans la croissance verte pour Rio+20, et l’IRÉC le suit

Samedi 2 juin 2012

Un portrait qui sert de contexte pour la critique

La population mondiale en 1940 était 2.3 milliards, aujourd’hui elle est 7 milliards, et l’inertie fait qu’elle tend vers 9 milliards d’ici quelques décennies. En 1940, la Chine avait une population d’environ 450 millions, aujourd’hui elle est environ 1,350 millions et elle se stabilisera vraisemblablement d’ici 20 ou 30 ans à environ 1,500 millions. La population du Québec était 3,3 millions en 1940, elle est aujourd’hui 7,6 millions, et l’inertie ou la volonté fait qu’elle tend vers quoi ? Tout cela dans la durée d’une seule vie humaine.

La Chine possède environ 10 % des terres arables de la planète et est capable de nourrir environ 950 millions de personnes [1] . Dans l’ensemble, ses terres arables représentent en proportion de son territoire le tiers de la moyenne mondiale ; ses ressources minérales représentent la moitié de la moyenne mondiale, ses ressources en eau le quart et ses forêts, en termes de superficié, le sixième. En 2000, sa consommation d’énergie par habitant était le treizième de celle des États-Unis, le cinquième du Japon ; pour se mettre au niveau du Japon, en termes absolus, elle aurait connu le triple de la consommation des États-Unis. En 2009, sa consommation d’énergie par habitant était un peu moins que la moitié celle du Japon, le sixième celle des États-Unis ; pour se mettre au niveau du Japon [2] , la Chine aurait consommé 2.3 fois la consommation de l’énergie des États-Unis.

En Chine, environ 300 millions de personnes vivent comme les populations des pays riches ; 200 millions d’autres sont identifiés formellement comme des migrants et représentent un énorme défi pour le pays, puisque ces personnes n’ont pas de résidence permanente, ayant abandonné leurs villages (surtout) au fil des ans ; restent environ 800 millions de paysans, identifiés comme pauvres et ayant un revenu quotidien très bas, mais possédant le potentiel de la subsistance et des conditions de vie qui mettent en question l’étiquette de pauvre associée à leur revenu. [3]

 


  • [1] Pierre Gentelle, Chine : Un continent … et au delà ? (2001) pour l’ensemble des estimés. Calcul de l’auteur pour la mise à jour du portrait énergétique pour 2009, à partir de Wikipédia.
  • [2] Cf. « Notre consommation énergétique par habitant dépassait largement celle du Japon et des pays de l’Union européenne en 2002, pour atteindre 4,99 tonnes équivalentes de pétrole (tep) par an [HLM : Le Japon était à 3,7 Mtoe en 2009, la Chine à 1,7 Mtoe]. » IRÉC, Gilles Bourque, Note d’intervention 2, p.2, texte commenté plus loin.
  • [3] Pour un portrait global de la situation en Chine d’ici 2030, voir la publication China 2030 de février 2012 par la Banque mondiale/Gouvernement de Chine. Ce rapport décrit les démarches proposées pour sortir la Chine du « middle-income trap » et la rendre riche. Pour eux, l’exemple d’un succès à cet égard est, avec la Corée du Sud, le Japon… Il est projeté que le PIB de la Chine doublera d’ici 2020, pour continuer à croître ensuite, avec la production de charbon, par exemple, s’accroissant de 42 % d’ici 2030. Par ailleurs, 300 millions de paysans chinois seront déménagés en ville, selon le plan. http://www-wds.worldbank.org/extern…