L’Indice synthétique du progrès véritable

Samedi 24 septembre 2011

Un nouveau livre pour répondre à une urgence [1] :
L’Indice synthétique du progrès véritable
Un gouvernement qui navigue à vue

Dans le tome II de son rapport de 2008-2009, le Vérificateur général du Québec fait une « observation » qui explique pourquoi le Commissaire au développement durable n’avait pas tenu sa promesse de déposer dans son deuxième rapport un Indice de progrès véritable (IPV) pour le Québec comme guide pour ses vérifications. Pour le Vérificateur général, c’est au gouvernement de faire cet exercice, sans pression de l’extérieur :

L’un des défis majeurs du gouvernement est de jauger globalement l’état du développement. Pour ce faire, il doit déterminer les principaux enjeux sociétaux et, par la suite, se référer à des outils de mesure fiables et capables de montrer l’évolution des paramètres en cause.

Traditionnellement, l’évaluation de notre situation économique a été largement basée sur les tendances connues ou prévues à l’égard du produit intérieur brut (PIB). Ainsi, notre conception d’une économie forte repose sur la croissance du PIB. Or, une telle approche peut être difficile à concilier avec certains principes figurant dans la LDD. Celui qui porte sur la production et la consommation responsables de même que celui lié au respect de la capacité de support des écosystèmes décrivent bien la complexité du problème.

Il ne faut pas oublier que le PIB reflète avant tout, de manière chiffrée, la valeur de tous les biens et services produits à l’intérieur d’un territoire ; il n’a pas été conçu pour rendre compte du caractère durable [ou non [2]] du développement. Le gouvernement doit donc rapidement mettre au point des indicateurs fournissant des réponses qui vont au-delà de celles tirées du PIB. [3]


  • [1] L’Indice de progrès véritable : Quand l’économie dépasse l’écologie publié par l’auteur chez MultiMondes, en librairie dès le 31 mai 2011.
  • [2] Notre ajout. Le recours généralisé au terme « développement durable » dans le discours québécois est abusif et ne permet pas de bien cerner les véritables enjeux en cause.
  • [3] Rapport du Vérificateur général du Québec, 2008-2009, tome II, « Observations du vérificateur général ». Ces observations du Vérificateur général confirment l’importance d’élaborer l’Indice de progrès véritable (IPV) pour le Québec. Elles sont particulièrement pertinentes quand on sait que le gouvernement continue à se baser sur le PIB pour prendre des décisions alors que les crises économiques, sociales et environnementales démontrent la nécessité d’un changement d’approche.