Forum Autres voix… Autres choix

Fiche #5 DOIT-ON FAVORISER LA TARIFICATION ET LES TAXES PLUTÔT QUE L’IMPÔT SUR LE REVENU ?

Mardi 30 novembre 2010

Discours dominant

Les Québécois sont les contribuables les plus imposés en Amérique du Nord. Pour de ne pas hypothéquer la compétitivité, la croissance économique et la création d’emplois, il n’y a d’autres choix que de se retourner vers les tarifs et les taxes à la consommation pour financer les services publics. L’impôt décourage le travail.

Fiche #4 Y A-T-IL URGENCE D’ATTEINDRE L’ÉQUILIBRE BUDGÉTAIRE ?

Mardi 30 novembre 2010

Discours dominant

Avec une dette parmi les plus lourdes en Occident, le Québec doit retourner à l’équilibre budgétaire de toute urgence. Le temps n’est plus à la relance, il faut se serrer les coudes pour éponger les déficits liés à la crise.

Les services publics sont trop généreux. Si on ne coupe pas dans le budget, les impacts du vieillissement de la population sur les dépenses en santé et sur la réduction du nombre de personnes au travail enfermeront les Québécois dans une spirale de l’endettement.

Fiche #3 L’INDIVIDUALISME DOIT-IL PRIMER SUR LA SOLIDARITÉ ?

Mercredi 1 décembre 2010

Au fil du temps, les mesures déployées pour venir en aide aux plus démunis et pour assurer un minimum de protection sociale ont créé, chez une part trop grande de la population, une véritable culture de la dépendance. Les individus sont d’abord responsables d’eux-mêmes et le soutien que peut leur apporter l’État ne doit pas être considéré comme un dû.

Fiche #2 LE DÉBAT PUBLIC EST-IL SOURCE D’IMMOBILISME ?

Mercredi 1 décembre 2010

Discours dominant

Le Québec est prisonnier des différents corporatismes qui stimulent l’appétit des groupes d’intérêts et qui constituent de puissants freins au développement. Les forces du statu quo tiennent les institutions en otage.

Les syndicats et les mouvements populaires font trop souvent alliance pour préserver leurs privilèges et empêcher les réformes qui s’imposent quant aux exigences de la mondialisation et de la compétitivité. Il faut redonner aux décideurs le pouvoir d’aller de l’avant sans avoir à se perdre dans des discussions interminables.

Fiche #1 LE QUÉBEC A-T-IL ENCORE LES MOYENS DE SE DÉVELOPPER ?

Mercredi 1 décembre 2010

Discours dominant

Trop lourd, trop endetté et inefficace, l’État ne peut plus, comme par le passé, constituer le moteur économique du Québec. Dans un contexte de mondialisation, l’État doit créer des conditions favorables à l’investissement des entreprises  : réduction des taxes et des impôts, déréglementation, assouplissement des lois du travail, etc.

Miser d’abord et avant tout sur les marchés et sur l’investissement privé permettra au Québec de se donner la capacité de créer plus de richesses.

Étude de l´IREC : Accord économique et commercial global (AÉCG)

Mercredi 2 mars 2011

« En effet, selon le chercheur de l’IRÉC Alexandre L. Maltais, les restrictions contenues dans l’entente réduiront la marge de manoeuvre des provinces en matière de marchés publics. Une moins grande flexibilité des règles concernant les contrats publics empêchera les autorités publiques québécoises de mener à bien des objectifs économiques, sociaux et environnementaux, jadis poursuivis comme objectifs secondaires dans les marchés publics. Cette entente emprisonnera les gouvernements dans une logique d’octroi des contrats au plus bas soumissionnaire ».

Pages

S'abonner à RSS - Forum Autres voix… Autres choix