Bonheur et Économie

Mercredi 11 mars 2009

La psychologie ajoutée à l’analyse économique traditionnelle donne lieu à l’économie du bonheur. Jusqu’où l’économie peut-elle favoriser ou compromettre le bonheur ? A quel point le capitalisme est-il soluble dans la recherche du bonheur ? Les sciences économiques devraient-elles être subordonnées à la psychologie du bonheur ? Ce livre essaie de donner des réponses à ces questions et à bien d’autres encore.

Les recherches en psychologie du bonheur et plus généralement en psychologie positive ouvrent sur une meilleure connaissance du meilleur de nous-mêmes. Ces recherches commencent à infuser les sciences économiques et les sciences politiques promettant un avenir meilleur, meilleur pour chacun. Ce livre s’adresse à tous ceux - étudiants, enseignants, chercheurs, décideurs ou simples curieux - qui veulent en savoir plus sur les recherches en psychologie du bonheur et l’influence qu’elles devraient avoir sur les sciences économiques, les sciences politiques et les pratiques qui en découlent.

Extraits de l’avant-propos :

[…] Traditionnellement, les économistes pensent que plus de richesse c’est plus de bien-être et donc plus de bonheur. Depuis plus d’une trentaine d’années, des études ont montré que cela n’était pas aussi simple, que la croissance économique ne permettait pas forcément d’augmenter le bonheur, qu’il était même fréquent que la croissance économique ne [le] favorise pas du tout. […] L’économie du bonheur, en prenant ses fondements dans les avancées les plus récentes de la recherche en psychologie, ré-humanise l’économie, car la culture de la psychologie porte en son sein le respect pour chaque individu, pour chaque personne.

[…] En économie du bonheur, le point de départ ne peut être que le bonheur, ne peut être que ce que les recherches scientifiques nous disent sur le bonheur. Or ce ne sont pas les chercheurs en économie qui sont les grands connaisseurs de cette question, mais les chercheurs en psychologie et en particulier ceux qui œuvrent dans le champ de la psychologie positive. […] Dans le premier chapitre, je présente un tableau de ce que les recherches en psychologie nous disent aujourd’hui sur le bonheur. Partir de ce point permet de donner à l’économie sa juste place, une place qui n’est pas forcément centrale.

[…] De nombreux éléments constitutifs du bonheur ne coûtent rien ou coûtent peu. Avoir trop de choix de consommation ou être centré sur des valeurs d’argent, de pouvoir ou de statut limitent le bonheur. L’argent peut aussi être utilisé comme un masque à certaines souffrances. […]

La croissance économique, dans le capitalisme, nécessite qu’il y ait des chômeurs. […] Or le chômage est un puissant destructeur de bonheur. Rendre la croissance heureuse, c’est donc notamment mettre en place des politiques qui cherchent à neutraliser la perte de bonheur des chômeurs. C’est aussi rechercher une croissance incluante et donner du sens à la croissance. […] Les politiques économiques sont aujourd’hui fondées sur l’idée que maximiser la croissance économique maximise le bonheur. Si cela peut être vrai dans les pays pauvres, dans les pays riches, une politique économique pro-bonheur est une politique qui limite les inégalités car des inégalités trop marquées limitent le bonheur. Par ailleurs, la diminution du temps de travail semble préférable à l’augmentation du niveau de vie, mais c’est loin d’être une règle. Les politiques pro-bonheur ne se limitent pas aux politiques économiques. Le bonheur doit devenir une dimension centrale de l’éducation, mais cela n’est possible que dans des sociétés faiblement inégalitaires. En matière de droit, un régime politique pro-bonheur est un régime qui favorise la confiance, la tolérance et l’expression de soi.

[…]Un petit appendice suggérant comment améliorer son bonheur sous la contrainte de ses revenus est mis en marge du livre. Pas de solution miracle, juste quelques réflexions.

L’AUTEUR :

Renaud GAUCHER est actuellement professeur d’histoire. Passionné de sciences humaines et sociales, il est également diplômé en psychologie et en économie, développant ainsi une véritable multiculturalité scientifique. Il connaît particulièrement bien la psychologie positive universitaire anglo-saxonne.

http://renaudgaucher.jimdo.com

TABLE DES MATIERES Avant-propos I C’est quoi le bonheur ? (Ce qu’en disent les psychologues)

  • Les composantes majeures du bonheur
  • Le bonheur dans la vie de tous les jours
  • Et le malheur dans tout ça ?
  • Le bonheur, ça se construit
  • II Le bonheur, ça coûte moins cher qu’on ne pense
  • III La croissance économique peut-elle nuire au bonheur ?
  • IV Le bonheur peut-il devenir une valeur réelle de l’entreprise ?
  • V Une politique pro-bonheur
  • VI Le temps du bonheur
  • Appendice : Améliorer son bonheur sous la contrainte de ses revenus
  • Références bibliographiques